Prochaine rencontre Fidesco le 14/09 à Paris

Mission éducation au Timor Oriental

Mission Lete-Foho

Fidesco-Picto-3

Pays de mission

Timor Oriental

En partenariat avec

Paroisse Notre Dame du Carmel

Domaines de mission

Enseignement, éducation

Jeunesse

Gestion de projet

Pays de mission

Servir la jeunesse timoraise

Cette petite île méconnue se situe à 13 000 km de la France entre deux géants, l’Indonésie et l’Australie. Le Timor Oriental a été colonisé par le Portugais jusqu’en 1975. Seulement neuf jours après la déclaration d’indépendance, le Timor est envahi par l’Indonésie. Indépendant depuis 2002, le pays est resté sous la protection de l’ONU jusqu’en 2005.
Aujourd’hui en pleine construction sociale, identitaire, politique et économique, le Timor compte parmi les pays les plus jeunes du globe. L’éducation de la jeunesse timoraise est l’une des clés de développement pour le pays, il s’agit d’une priorité pour l’Etat. 98% des timorais se disent catholiques, culture qu’ils tiennent de la période de colonisation portugaise. L’Eglise s’investit aux côtés de l’Etat et est actrice du développement du pays, notamment par le biais de l’éducation. Fidesco envoie des volontaires au Timor Oriental depuis 2011 pour qu’ils agissent auprès de partenaires d’Eglise locale dans le domaine de l’enseignement.
bulles-grises
"L’éducation est le plus grand défi de ce jeune pays."
Cardinal Basilio do Nascimento, évêque de Baucau.
Nos volontaires fidesco

Projets soutenus

Le collège du Sacré Cœur de Jésus et L’école Notre Dame du Carmel

A quelques heures de piste de Dili, perdue dans les montagnes se trouve la paroisse de Lete-Foho. C’est dans cette paroisse que l’école de Notre Dame du Carmel accueille près de 260 élèves venant de toute la région. La scolarité, particulièrement le lycée, est très importante pour le développement du Timor, un bon enseignement permettra aux élèves de pouvoir aller à l’université à Díli ou à l’étranger (ce qui est très rare dans notre village) pour continuer leurs études et être les acteurs de demain dans leur pays. Dans cette région rurale et pauvre, certains marchent pendant des heures pour se rendre à l’école.
Une des principales difficultés pour les élèves Timorais est l’apprentissage des langues, car ils utilisent dans leur vie courante quatre langues : le tétoum, la langue locale du Timor ; le portugais, la langue administrative, l’indonésien hérité de la période de colonisation indonésienne ainsi que l’anglais.

Plongez-vous dans la mission :

SOUTENEZ-NOUS

DONNER POUR AIDER…

DONNER
POUR AIDER...

Si les volontaires peuvent faire la différence sur le terrain, c’est grâce à votre générosité !

75% du financement de la mission reposent sur vos dons. Particuliers ou entreprise, par vos dons ponctuels ou réguliers, IFI, legs ou don d’assurance vie, vous participez à la révolution de la charité. Et parce que les petits dons font les grandes missions, engagez-vous à nos côtés !

75% du financement de la mission reposent sur vos dons : si les volontaires peuvent faire la différence sur le terrain, c’est grâce à votre générosité !