Image module

Une entrevue providentielle

par Jean-Baptiste, Principal d’une école technique, Chikowa, Zambie
Image module

La prière vaut mieux que tout l’or du monde.

Jean-Baptiste, volontaire en Zambie, en fait l’expérience : alors qu’il traverse de nuit la ville de Lusaka, il est arrêté par des agents de police intraitables.

L’entrevue prend soudain une tournure providentielle…

Image module

Il est 21h30. Dans l’obscurité la plus totale, je reprends le pick-up garé en plein centre de Lusaka lorsqu’une voiture, gyrophare allumé, arrive en trombe derrière moi : pas de doute, c’est la police !

 

La situation s’annonce épineuse

La voiture me double dans le rond-point central. A son bord un officier furieux m’ordonne de m’arrêter en plein milieu de la circulation. Il bondit hors de sa voiture en hurlant : “Avez-vous vu ce que vous avez fait ? Vous avez franchi une ligne blanche, vous êtes un dangereux individu ! Je vais vous emmener aux tribunaux !”. Un autre agent toque à la fenêtre avec insistance puis monte à mes côtés pour m’escorter jusqu’au poste.

La prière…ou le portefeuille ?

Voyant que la situation s’annonce mauvaise, je reste paisible : le Seigneur est avec moi, rien de bien grave ne peut m’arriver. Je prie silencieusement deux Je vous salue Marie en demandant un coup de main de la Providence, puis j’entame la conversation de façon amicale :
” Je m’appelle ‘John the Baptist’, je ne suis pas un touriste, je travaille comme volontaire dans la province de l’est. Je suis de passage à Lusaka. Il est tard, il n’y a aucun éclairage, la voie était absolument vide, je n’ai pas vu la ligne blanche.” Et j’ajoute le fameux ‘Forgive me’ des Zambiens lorsqu’ils sont pris en faute.

L’agent fait mine de ne pas m’entendre. Je lui demande alors son prénom. Étonné, il bafouille puis répond l’air le plus sérieux du monde : “I’m Inspector Sakala”, tout en faisant des remarques désobligeantes sur ma conduite.

J’en conclus alors que la carte de la sympathie ne fonctionnera pas avec lui.

Arrivé au commissariat central, Inspector Sakala m’explique que la voiture est saisie. Dans ma tête reviennent les nombreuses histoires de corruption que l’on m’a racontées : Va-t-il en faire autant ? Je lui dis :  “On peut sûrement trouver un arrangement.”

Son regard change soudainement, comme s’il attendait impatiemment ce moment puis il ajoute :  “Sûrement, propose-moi ! Combien t’as dans ton portefeuille ?”

Vient alors dans mes pensées : “Bon après tout, avec une vingtaine d’euros, je devrais être tranquille.” La tentation est grande mais je reprends mes esprits :

“Non, je ne vais pas participer à ces magouilles, tant pis si je dois passer la nuit au poste au moins leur manège n’aura pas fonctionné avec moi !”

Image module

Un retournement providentiel

Me voyant toujours pensif, Inspector Sakala me relance : “Allez, sors ton portefeuille et montre-moi combien t’as dedans.”

Je me tourne vers lui, le regarde et lui demande : “Croyez-vous en Jésus ?
– Oui, répond-il.
– Moi aussi, je suis volontaire catholique en mission, je suis venu en Zambie deux ans pour aider et apporter un témoignage de foi. Je ne peux pas faire ça mais par contre je peux vous donner mieux que de l’argent, lui dis-je, tout en décrochant de ma chaîne ma médaille miraculeuse d’une valeur symbolique. Je peux vous donner cette médaille, c’est Marie, la mère de Jésus, elle veille sur vous et moi je vais prier pour vous. Dites-moi simplement votre prénom.”

Le policier prend alors la médaille dans le creux de ses deux mains, marque une longue pause l’air ému et me dit : “Je m’appelle Francis, vous pouvez y aller.”

Je n’en crois pas mes oreilles, ai-je rêvé ? Vient-il de me dire que je pouvais partir ?

“C’est ok ?
– Oui c’est ok.”

Au même moment, le policier furieux du début rapplique, toujours surexcité et visiblement intéressé aussi par la partie.

“Alors, que se passe-t-il, a-t-il payé ? demande-t-il.
– Non c’est bon, je le laisse partir, c’est un missionnaire, il va prier pour moi !”, répond Francis en descendant de la voiture.

Il me salue ensuite poliment
prenant même le soin de m’indiquer la sortie.
Si ça, ce n’est pas un joli coup de pouce d’en haut !

Ecris ta belle histoire avec nous !