L’agriculture durable

Au service des plus pauvres

Soutenez notre mission. Faites un don !

“La spiritualité chrétienne propose une croissance par la sobriété. On peut vivre intensément avec peu.”
Pape François – Laudato Si

L’agriculture durable en quelques mots

L’agriculture durable, ou “agro-écologie”, se définit comme une production agricole économiquement viable et socialement équitable.  Celle ci dans ses fondements ne doit donc pas altérer l’environnement et la santé. L’agriculture durable souhaite répondre aux besoins tout en préservant la planète pour les générations futures. Dans les pays les plus pauvres, l’enjeu en est d’autant plus grand.

Un projet commun pour des missions différentes aux 4 coins du monde

Fidesco se propose de répondre à l’appel du Pape François qui dans son encyclique Laudato Si invite les chrétiens à préserver la terre et à redéfinir le progrès. En effet, il ne s’agit plus de concilier croissance et écologie mais d’augmenter véritablement la qualité de vie des personnes humaines.

C’est par l’agro-écologie en particulier que Fidesco fait face à ce nouveau défi. Des volontaires ont donc été envoyés pour faire fructifier ce projet. Ils cultivent, gèrent, agrandissent, insufflent ou éduquent dans un esprit de service, avec un profond respect pour notre terre.

Bénin, Zambie, Cameroun, Afrique du Sud, Pérou… des missions différentes autour d’un projet commun : l’agriculture durable.

Thomas volontaire agriculteur en Zambie

Vous avez un désir de partir en mission ?

& découvrez notre espace dédié.

Les pays des missions agro-écologiques!

Cameroun

Zambie

Bénin

Pérou

Thaïlande

Afrique du Sud

Lutter contre la pauvreté et développer l’agriculture

Développement et valorisation du travail de la terre

194000 arbres plantés

124 hectares reboisés à Madagascar

4 fermes-écoles qui forment des agriculteurs et développent une production

Formation agro-écologique

7000 élèves par an sensibilisés au respect de la planète

7500 litres par jour d’eaux usées recyclées à Manchay

310 agriculteurs formés à Madagascar et au Bénin

“J’ai pour mission principale de développer une agriculture locale et solidaire, pour réduire la pauvreté et la déscolarisation car les familles pourront alors régler les frais de scolarité.”

Pierre, actuellement volontaire agronome au Bénin
Image module

    Mission BETHLEHEM [Afrique du Sud]

David a travaillé, en appui à la fois administratif et éducatif, pour l’association diocésaine CSS, créée au sortir de l’apartheid pour donner aux pauvres les moyens de sortir de la misère. En Afrique du Sud, la question agraire est très sensible car 73% des terres appartiennent à 8% de blancs. Dans ce contexte, le but est de soutenir et superviser des projets de coopérative, de donner des formations complètes (agricole, financière et administrative) pour permettre aux plus démunis de s’en sortir. Des programmes sont adaptés aux femmes, d’autres aux jeunes, pas ou peu scolarisés. Les habitants du township (bidonville) sont encouragés à cultiver un potager pour diversifier leur alimentation et dégager des revenus. L’association les aides à acquérir des outils et à lancer leur projet.

Pierre (agronome) et Marine (gestionnaire de projet), premiers volontaires sur cette mission, se sont investis pendant deux ans dans un projet d’agriculture solidaire initié par la paroisse de Banigbe. Objectifs: “former  au travail de la terre pour générer des revenus pour les familles. Sur le long terme, réduire la pauvreté et la déscolarisation. Développer la culture de l’Artémisia, une plante médicinal qui soigne le paludisme et représente un grand espoir pour l’Afrique”. C’est ainsi que la ferme paroissiale agro-écologique est née et s’est structurée. Devenue un lieu de formation intergénérationnel, des agriculteurs s’y forment, des veuves démunies y travaillent, des enfants sont sensibilisé à l’amour de la terre. Aymeric et Marie viennent de prendre le relais. En France, lui était ingénieur en agro-alimentaire, elle formatrice auprès d’agriculteurs. Ils rêvaient de participer à un projet de développement durable… la mission continue avec eux !

Image module

   Mission OBALA [Cameroun]

Camille, ingénieur agronome, a travaillé au sein de l’institut supérieur des sciences agronomiques, de l’environnement et de l’entrepreneuriat rural, et a développé une ferme pédagogique. L’institut dispense des formations de niveau BTS. En deux ans, les jeunes maîtrisent de bonnes pratiques agricoles et la gestion d’un budget. Ils deviennent éligibles au micro-crédit, peuvent s’installer à leur compte. Les projets montés par la ferme commencent à porter leurs fruits : des budgets conséquents lui ont été alloués et elle va pouvoir prendre de l’envergure pour le bénéfice économique du diocèse. Camille a eu la joie de passer la main à deux ingénieurs agronomes camerounais pleins de nouvelles idées et avec une très bonne connaissance de l’agriculture locale: “Deux ans de mission c’est bien. Partir moins longtemps aurait laissé un goût d’inachevé”.

“Leur permettre d’avoir une activité qui les rende autonome et leur transmettre ce que j’ai pu apprendre, c’est vraiment une belle mission”

Thomas agriculteur de métier, était responsable de la production agricole à Chikowa. En Zambie près de 65% de la population est très pauvre et vit avec moins d’un dollar par jour. Fondée en 1941, cette mission en plein bush a été relevée par des Pères Comboniens en 1983. Aujourd’hui, la mission comprend une exploitation agricole, une menuiserie, une école technique et une école maternelle, un moulin, un atelier mécanique et un petit magasin. Chacun cultive un terrain à la main et fait pousser du maïs et du coton. Il s’agit donc de diversifier les productions en lançant un élevage de lapins, par exemple, ou en créant de nouvelles serres ; d’améliorer les systèmes d’arrosage pour tenir pendant la longue saison sèche ; de satisfaire les clients avec de très bons fruits et légumes ; de développer les ventes dans les lodges.

Image module

 Mission MANCHAY  [Pérou]

Image module

Tanneguy est l’actuel coordinateur du projet Manchay Verde initié par le diocèse de Lima en 2009. L’endroit est aride, partout de la poussière et du sable. Pour Tanneguy, deux objectifs restent majeurs : “Faire pousser des arbres toujours grâce à une irrigation d’eaux recyclées. Éduquer et sensibiliser aux problématiques environnementales”.  Autour de l’institut de formation supérieur et de trois écoles, les terres sont plantées et irriguées par les eaux de récupération des cuisines, sanitaires et lavabos. De nombreux enfants, étudiants et adultes participent aux semis et plantations. Des concours sont proposés aux écoles comme celui du “recyclage” pour collecter le plus de papier et plastique possible, les trier et les vendre. “Si tu veux construire la paix, protège la création”, cette phrase de Benoît XVI est devenue la devise du site !

Vous êtes agriculteur de métier ? L’aventure vous tente ?
Devenez volontaire !

Des projets cohérents qui répondent aux besoins des pays les plus pauvres

En Amérique du Sud, en Asie et en Afrique, des congrégations, des diocèses ou des paroisses mettent des projets de développement agricole en place. Des volontaires viennent les rejoindre pour les aider à pérenniser et étendre ces entreprises, souvent commencés avant eux et se poursuivant après. Ces projets sont durables et viennent en réponse aux besoins alimentaires, puis deviennent source de revenus, ce qui permet au fur et à mesure l’autonomie financière des bénéficiaire, des missions, des paroisses et des diocèses !

Image module

Les volontaires aujourd’hui en mission agro-écologiques

Image module

Serge et Marie-Claire de Courville
Chargé de projets agro-pastoraux – responsable centrale d’achats

Image module

Constanza et Pierre Stevenson
Éducatrice – Responsable de projets agricoles

Image module

Marie et Aymeric de Cussac
Gestionnaire de projets agricoles et école Laudato Si.