fbpx

Partir en mission en famille, c’est possible ?

Partir en mission avec conjoint et enfant ? Quelle idée ! Et pourtant, ils ne sont pas fous ! Chaque année, 40% de nos volontaires agissent en famille sur le terrain en Asie, en Afrique ou en Amérique latine. Et matériellement, qu'est-ce que ça change ? Tout et rien...

Partir en mission en famille, avec des enfants, cela peut faire peur à certains. Et pourtant, chaque année c’est le choix que font des dizaines de parents. Sur place, ouverture aux autres, apprentissage du sens du service, découverte du monde, goût d’une vie simple, sont autant de réalités qui font grandir les parents autant que les enfants.

Un témoignage fort

Cela fait maintenant plus de 20 ans que, chez Fidesco, nous envoyons en mission des familles dans le monde entier. Elles apportent sur le terrain un témoignage d’engagement qui leur est particulier et qui résonne avec force auprès de ceux auprès de qui ils sont envoyés.

De retour de mission à Banigbé au Bénin, Julien et Daphné en parlent ainsi : “À bien des égards, vivre cette mission en famille a été d’une grande richesse. D’abord parce que cela nous a permis de vivre ensemble pour une mission commune. Nos échanges en couple et en famille étaient nourris de ce pour quoi nous nous levions chaque matin : servir. Et nous partagions davantage de temps tous les 5.

La présence de nos filles a permis de casser des barrières très rapidement avec les Béninois qui sont friands des sourires des petits et aiment leur offrir toutes sortes de friandises.
Avec le temps, nous nous rendons compte à quel point notre présence, en tant que famille, était un témoignage.

Intégration

De fait, certains parents peuvent s’interroger sur la capacité de leurs enfants à renouveler entièrement leur cercle d’amitiés en arrivant sur le terrain, leur capacité à surmonter la peine de quitter leurs amis et leur famille pendant deux ans. Cependant, l’adaptabilité et l’ouverture dont font preuve en général les enfants, n’est plus à prouver. Beaucoup de familles ont ainsi fait l’expérience de voir leurs enfants s’acculturer bien plus rapidement qu’eux à leur pays de mission.

Xavier et Albane, en mission à Salvador de Bahia au Brésil, en témoignent : “Nous découvrons les richesses de la mission en famille : nous sommes impressionnés par l’adaptabilité et la simplicité de Maxence qui accueille bien mieux que nous certains bouleversements du quotidien. Ainsi, quand on croise dans la rue un mendiant à l’aspect inquiétant ou repoussant, sans s’en soucier, il lui fait de grands signes et des sourires. De même, peu importuné par la mauvaise odeur qui se dégageait d’un chantier autour de toilettes publiques, on l’a vu courir vers les ouvriers pour leur envoyer des beijos. Enfin, quand nos voisins décident chaque vendredi, samedi et dimanche soir d’abreuver la rue d’une musique type techno de favela de très bas étage mais à très très (trop) haut niveau de décibel, alors que nous haussons les épaules, nous irritons ou commençons à pester sur ces voisins pénibles et complètements déraisonnables, Maxence commence à se déhancher et à taper des mains : « Bah quoi papa et maman, vous ne dansez pas ? ». C’est une source d’apprentissage pour nous : voir en chaque instant, en chaque personne la beauté qui s’en dégage et se dépouiller de nos a priori et de notre manière de voir les choses parfois trop sombre.”

En mission en famille au Brésil

Et pour la mission ?

En famille, d’autant plus peut-être avec de jeunes enfants, la disponibilité à la mission est différente de celle d’un couple sans enfant ou d’un célibataire. Cette réalité, pas toujours évidente à accepter est pourtant une clef pour entrer dans la posture de missionnaire.

Nous devons consentir à notre mission en famille. Si nos enfants sont des booster pour la rencontre avec les Timorais, ils sont aussi ceux qui posent des limites à ce que nous pouvons envisager de faire : ils font une sieste par jour, ne sont plus dehors après 20h, ils ne savent pas attendre 3 heures sans bouger…Parfois, nous nous sentons en décalage avec ces frères timorais que nous sommes venus servir. Consentir c’est aussi accepter que nous ne sommes pas touristes et que nous ne connaîtrons sûrement pas le pays sur le bout des doigts. Notre mission est de demeurer auprès de ceux que nous venons rencontrer, c’est de vivre ce qu’ils vivent. Alors, notre vie est simple.” témoignent Arthur et Fanny, en mission au Timor oriental.

En bref : “Être en mission avec de jeunes enfants est à la fois extraordinaire car tous les quatre nous n’avons jamais passé autant de moments ensemble, jamais autant prié en famille, jamais vécu une telle aventure… et à la fois on ne peut plus ordinaire, avec des couches à changer, des colères à gérer, deux petites filles à éduquer, à câliner… et ce, dans une culture extrêmement différente.” Louis et Quitterie, en mission à Hualpen, au Chili.

Aleteia est allée enquêter auprès de familles parties en mission avec conjoints en enfants…

Partir en famille vous tente ? Venez nous parler de votre projet !

 

Téléchargez le rapport de mission

Des questions sur le parrainage ? Vous souhaitez soutenir la mission  et recevoir des nouvelles régulièrement ?

Contactez Naditza, notre chargée de parrainage, grâce à ce formulaire ! 

Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont nécessaires au traitement de votre demande et sont destinées à un usage exclusivement interne. Conformément à la loi française N 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, et à la nouvelle réglementation européenne sur la protection des données personnelles (RGPD), vous disposez du droit d’accès, de rectification, de limitation, d’opposition, de suppression, du droit à la portabilité de vos données et de transmettre des directives sur leur sort en cas de décès. Pour exercer ce droit, vous pouvez adresser un mail via ce formulaire de contact. 

Pour obtenir plus d’informations concernant les traitements que nous mettons en œuvre, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité. Vous avez la possibilité de former une réclamation auprès de la CNIL à l’adresse : www.cnil.fr. La loi française relative à la protection des données personnelles ouvre des droits aux personnes concernées par les traitements. Fidesco a désigné un Délégué à la Protection des Données à caractère personnel (DPD). Le DPD veille au respect des droits des personnes (droit d’accès, de rectification et d’opposition). En cas de difficultés rencontrées lors de l’exercice de ces droits, les personnes concernées peuvent saisir le DPD.

Les volontaires et bénévoles ont toujours accès au DPD pour poser des questions au sujet de la protection des données personnelles en cliquant ici.

Demandez le rapport de mission

Vous le recevrez dès qu’il sera publié

Des questions sur le parrainage ? Vous souhaitez soutenir la mission  et recevoir des nouvelles régulièrement ?

Contactez Naditza, notre chargée de parrainage, grâce à ce formulaire ! 

Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont nécessaires au traitement de votre demande et sont destinées à un usage exclusivement interne. Conformément à la loi française N 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, et à la nouvelle réglementation européenne sur la protection des données personnelles (RGPD), vous disposez du droit d’accès, de rectification, de limitation, d’opposition, de suppression, du droit à la portabilité de vos données et de transmettre des directives sur leur sort en cas de décès. Pour exercer ce droit, vous pouvez adresser un mail via ce formulaire de contact. Pour obtenir plus d’informations concernant les traitements que nous mettons en œuvre, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité. Vous avez la possibilité de former une réclamation auprès de la CNIL à l’adresse : www.cnil.fr. La loi française relative à la protection des données personnelles ouvre des droits aux personnes concernées par les traitements. Fidesco a désigné un Délégué à la Protection des Données à caractère personnel (DPD). Le DPD veille au respect des droits des personnes (droit d’accès, de rectification et d’opposition). En cas de difficultés rencontrées lors de l’exercice de ces droits, les personnes concernées peuvent saisir le DPD. Les volontaires et bénévoles ont toujours accès au DPD pour poser des questions au sujet de la protection des données personnelles en cliquant ici.