Exemple option message = participez à la messe d'envoi des volontaires le XX juillet prochain > inscrivez-vous au live

« Learn to Live », pour un nouveau départ

Nous avons interviewé notre partenaire salésien en Afrique du Sud, le père François Dufour. Depuis sa fondation par Don Bosco, la congrégation salésienne accompagne des jeunes, spécialement les plus défavorisés, sans distinction de religion, race, sexe ou nationalité, pour rompre le cycle de la pauvreté. Learn to live est le nom de l’un de leurs programmes éducatifs mis en place à Cape Town, déterminants pour l’avenir de ces jeunes.

Fidesco – Père François, vous êtes missionnaire salésien, comment est née votre vocation ?

Père François – Je ne suis pas à proprement parlé un missionnaire puisque je suis né en Afrique du Sud, il y a 64 ans, d’une famille française émigrée. Lorsque j’ai répondu à mon appel à devenir prêtre, j’ai postulé chez les religieux salésiens car j’ai vu en Don Bosco un homme avec un rêve * – l’apostolat auprès des jeunes – et mon rêve était le même. C’est vraiment Dieu qui est responsable de mon parcours. Il m’a conduit jusqu’ici.

Fidesco – Pourriez-vous décrire votre mission actuelle et son contexte ?

Père François – J’ai été nommé directeur des projets à l’Institut salésien du Cap en janvier 2022. J’y assume la responsabilité de quatre projets sous le nom de Salesian Institute Youth Projects (SIYP) destinés à 300 jeunes défavorisés, âgés de 14 à 29 ans. Ces quatre programmes de formation développent des compétences variées en fonction des différents âges et niveaux des jeunes. Ils sont conçus pour responsabiliser, éduquer et préparer à trouver un emploi.

Fidesco – Quelle est l’approche pédagogique de ces formations ?

Père François – La formation de tous nos programmes est fondée sur l’apprentissage du savoir-être et du savoir-vivre. Notre approche pédagogique est ancrée dans la bienveillance, la confiance, l’amour et le respect. Le soutien psycho-social, l’orientation ainsi que le soutien de rattrapage sont des éléments importants pour nos élèves marginalisés sur le plan intellectuel et en grande difficulté scolaire. Nous créons un cadre sûr et thérapeutique dans lequel nos jeunes peuvent créer leur propre histoire et forger leur avenir. Notre méthodologie de Project Based Learning est reconnue internationalement comme étant une innovation en matière d’éducation. En créant de réelles opportunités d’éducation et d’instruction adaptées, le cycle de la pauvreté intergénérationnelle peut et doit être rompu.

Fidesco – Qui sont ces jeunes de Cape Town, sur lesquels se porte votre attention ?

Père François – Nos bénéficiaires sont des jeunes “à risque”, c’est-à-dire ceux qui grandissent dans la pauvreté depuis leur enfance, au sein de communautés qui souffrent aussi de dysfonctionnement social, de problèmes liés à la drogue et à l’alcool, de violence et de crime organisé. Un monde caché aux touristes qui s’émerveillent de la beauté de la région ! Cette réalité s’est encore aggravée en raison des conséquences de la pandémie actuelle, en plus de celles du sida. De nombreux enfants sont orphelins, et de plus en plus de jeunes prennent en charge leur famille. Nous voulons leur offrir l’espoir et la dignité, leur permettre de prendre la place qui leur revient dans la société. Nous y parvenons grâce à ces programmes éducatifs qui leur donnent un savoir-vivre et des compétences professionnelles, en améliorant leur sens des valeurs, en leur ouvrant un avenir, un but dans la vie.

Fidesco – Le mot de conclusion ?

Père François – Aime et fais ce que tu veux (St Augustin).

* À neuf ans, Don Bosco fit un songe qui lui est resté profondément gravé dans l’esprit toute sa vie : « Ce n’est pas avec des coups mais avec la douceur et la charité que tu devras faire d’eux tes amis. »

Téléchargez le rapport de mission

Demandez votre rapport de mission

Vous le recevrez dès qu’il sera publié