Exemple option message = participez à la messe d'envoi des volontaires le XX juillet prochain > inscrivez-vous au live

Cultiver la fraternité, Mission Obala

Interview de notre partenaire à Obala (Cameroun). Prêtre depuis 1994, Mgr Sosthène Léopold Bayemi est nommé en 2009 évêque d’Obala au Cameroun. Il met en oeuvre de nombreux projets de développement dans son diocèse.

Fidesco – Vous faites l’expérience concrète, dans votre diocèse, de la coopération entre Églises du Nord et du Sud. Pourquoi avons-nous besoin les uns des autres ? Quelle est la fécondité de cette rencontre ?

Mgr Sosthène – Avoir besoin les uns des autres est d’abord une dimension de notre être de chrétiens, de notre « être homme ». Nous savons depuis la Création que Dieu n’a pas voulu que l’homme soit seul. Et l’homme ne peut trouver une aide qui lui convienne, si ce n’est un autre être humain. Notre Dieu s’est révélé à nous dans une dimension relationnelle, que nous découvrons dans la Trinité. En Afrique, nous avons cette belle notion de l’Église famille. Il y a une dimension de fécondité intense dans cette communion ecclésiale. Certes, la communion est d’abord verticale, dans la dimension trinitaire, entre Dieu et nous. Mais elle a aussi une dimension horizontale, qui est indispensable. Les deux sont en relation : la dimension de communion verticale et la dimension de communion horizontale. L’autre apporte toujours une richesse, l’autre m’apprend toujours quelque chose ; l’autre est le visage du divin, le visage de Dieu.

Fidesco – Quelles sont les attitudes du cœur à cultiver pour que cette rencontre entre deux cultures soit source de transformation et d’enrichissement mutuel ? 

Mgr Sosthène – À mon avis, le dialogue est indispensable dans la croissance. Cette croissance qui est d’abord interne nécessite, implique, que je sois d’abord conscient que je n’épuise pas la connaissance, et que l’autre peut m’apporter quelque chose. Il faut donc un certain abaissement et un certain réalisme. Au-delà même de l’abaissement de l’humilité, il y a le réalisme qui consiste à prendre conscience que l’autre m’apporte toujours quelque chose. Les volontaires Fidesco qui découvrent une autre culture peuvent se dire : « Ma culture est immensément riche, elle est merveilleuse, mais l’autre a aussi une culture avec ses richesses. Je peux m’enrichir, en apprenant de l’autre, en m’ouvrant à l’autre, en étant attentif à l’autre. Je peux m’enrichir en identifiant dans la culture de l’autre les éléments qui, peut-être, correspondent à l’Évangile, ou tout simplement les éléments d’émerveillement, d’enrichissement. »

Fidesco – Qu’est-ce que les volontaires apprennent des Camerounais et de l’Église camerounaise ?

Mgr Sosthène – Je crois que c’est une question à laquelle les volontaires eux-mêmes sont les mieux disposés à répondre ! Ce que je sais, c’est qu’ils découvrent la différence, ils découvrent l’autre. Et du Camerounais on apprend l’accueil, la spontanéité dans l’accueil. Je dirais même qu’on apprend l’absence de cette réserve qui caractérise la culture occidentale – culture intellectuelle et même, à la limite, intellectualiste. Au contact des Camerounais, les volontaires découvrent aussi une nouvelle dimension du temps : ils sortent de l’approche frénétique de la réalité que l’on peut connaître en Occident. Ils découvrent enfin un autre type de vie de foi : nous avons une dimension célébrative qui nous est propre. Je les vois aimer les messes au Cameroun… qui sont peut-être un peu longues, mais qui sont des messes vivantes, porteuses de la dimension intellectuelle, mais aussi émotive et célébrative : et c’est tout cela qui fait l’être humain ! C’est une approche intégrale, holistique, de la réalité. L’Église au Cameroun est une Église jeune, dynamique, colorée. Quand je parle de couleurs, je veux parler des sonorités musicales folkloriques, mais aussi du dynamisme de la liturgie, de la jeunesse dans les célébrations. Les volontaires découvrent donc une Église jeune, mais aussi une Église en croissance, qui se cherche.

Fidesco – Qu’apportent-ils de spécifique ?

Mgr Sosthène – Ils nous apportent d’abord leur différence, sur le plan de la foi et de la formation. Ils nous apportent un plus, d’abord parce que ce sont des jeunes qui lâchent tout et qui désirent vraiment donner quelque chose. Ils nous apportent aussi la rationalité occidentale. Notre diocèse est un jeune diocèse, qui se construit. En tant que jeune Église, nous manquons souvent de ressources humaines qualifiées dans certains domaines. Or, les volontaires ont souvent reçu une formation pointue, ils ont une expérience de travail, et ils nous permettent donc d’améliorer notre manière « d’être Église », dans ce domaine de l’administration qui nous fait énormément défaut. Nous recevons d’eux une certaine rigueur dans la programmation, dans les décisions à prendre, notamment dans la gestion financière, dans le domaine de l’économat. Je crois que c’est un plus qui fait partie de la richesse de l’Église, de nos Églises sœurs d’Occident. Et nous, nous leur apportons la richesse du dynamisme des jeunes Églises d’Afrique. Enfin, au-delà des compétences, les volontaires nous apportent cette dimension de communion ecclésiale. Et cela ne peut se faire qu’avec la foi. L’efficacité de nos actions ne dépend pas seulement de notre intelligence, mais aussi de cette dimension de foi.

Propos recueillis par Tasnim Rasiwala

Téléchargez le rapport de mission

Demandez votre rapport de mission

Vous le recevrez dès qu’il sera publié