Guinée Conakry – Dispensaire et Maternité St Gabriel

Guinea, Matoto
 

 Guinea    Matoto

Dispensaire

Communiqué de presse du 26 novembre 2014
Pendant  Ebola : le paludisme continue à tuer

Communiqué de presse du 27 novembre 2014
François Hollande rencontre les volontaires Fidesco

Saint Gabriel est un dispensaire de soins primaires et une maternité dont l’objectif est de permettre l’accès à des soins de qualité pour tous, en particulier les femmes et les enfants, tout en étant une référence pour la Guinée. Face à Ebola, ce centre est devenu pilote pour l’application des mesures de prévention dans les dispensaires en Guinée : son maintien en activité est essentiel

 

 

 

Date de création du projet : 1987

 

Contexte

La Guinée Conakry est un des pays les plus pauvres du monde (178 sur 187 au classement PNUD 2012). Pendant 27 ans, et jusqu’en 1985, le pays s’isole, puis ne s’ouvre à la coopération que pour tomber dans le népotisme et la corruption, qui gangrènent alors le pays. En 2010 néanmoins, l’élection d’un civil à la présidence de la république fait naitre de grands espoirs démocratiques.

 

Quelle est la particularité de ce projet ?

Fidesco est présent depuis 1987 en Guinée à la demande de l’archevêque de Conakry à travers la mise en place d’un dispensaire pour enfants, et a ouvert en 2002 une maternité. Environ 100 000 personnes bénéficient chaque année de soins de base, dont 55 000 enfants, et la maternité accueille plus de 1500 naissances par an. Une attention spéciale est apportée à la prévention de la transmission mère-enfant du VIH (PTME).

Le projet est innovant car le dispensaire Saint Gabriel se veut une référence pour la Guinée, en particulier pour la qualité de l’accueil et des soins ainsi que l’intégrité et la compétence du personnel dans un pays où l’accès aux soins reste difficile et hasardeux (contrefaçon des médicaments, coût des soins prohibitifs, corruption au sein du corps médical, etc.) D’autre part, les tarifs et l’organisation doivent permettre l’accès aux soins pour les plus démunis, particulièrement les enfants et les femmes.

 

Qu’est ce qui a déjà été fait ?

Aujourd’hui, la capacité maximale d’accueil de la maternité est atteinte, avec environ cinq naissances par jour, soit un peu plus de 1550 naissances par an.

Les principaux points de vigilance sont la lutte contre le paludisme, la lutte contre le VIH et le suivi des femmes enceintes. Pour ce faire, le nouveau protocole conforme aux recommandations de l’OMS a été mis en place en 2012 pour lutter contre le paludisme et permet de tester 20 000 patients par an. D’autre part depuis 2005 des tests VIH/SIDA sont proposés aux femmes enceintes et un suivi spécial leur est destiné. Le centre de dépistage volontaire pour adultes accueille quant à lui plus de 7000 personnes par an.

 

Quels sont les projets en cours ?

Le projet de faire du dispensaire et de la maternité Saint Gabriel une référence pour la Guinée se poursuit. Pour cela, l’accent est mis sur l’amélioration du suivi des malades et sur l’hygiène, ainsi que sur la formation pour pouvoir à terme développer des services complémentaires (kiné respiratoire, soins dentaires, soins d’ophtalmologie, etc.)

Afin de désengorger le centre actuel, la mise en place d’un dispensaire annexe est également en projet.

 

Comment participer ?

De nombreux investissements et travaux sont nécessaires pour l’amélioration des soins et de l’hygiène, et pour permettre le développement du dispensaire et de la maternité Saint Gabriel. Par exemple, le système d’évacuation des eaux usées est à revoir et le centre a besoin d’un nouveau groupe électrogène.

Faire un DON FIDESCO